[vc_section][vc_row][vc_column]

Catégories:

Le cannabis provoque la neurogenèse

19 octobre 2020 in Culture

Cette étude datant de 2005 par l’Université de la Saskatchewan au Canada a contredit le mythe selon lequel la marijuana provoque des lésions cérébrales. Les chercheurs ont constaté qu’un “High” de THC provoque en fait le développement de nouvelles cellules cérébrales.

LA NEUROGENÈSE

Ce processus résulte de la croissance dans les cellules du cerveau : la “Neurogenèse”.

La neurogenèse désigne l’ensemble du processus de création d’un neurone fonctionnel du système nerveux à partir d’une cellule souche neurale.

 L’auteur de l’étude Zhang Xia a expliqué à l’époque qu’un composé synthétique de THC comme celui utilisé dans l’étude, augmente de 40% la formation des cellules du cerveau, dans la région du cerveau responsable de la mémoire, de l’apprentissage et de l’émotion appelé l’hippocampe.

Le THC n’est évidemment pas le seul cannabinoïde qui aide le cerveau à se développer. Selon une étude menée au Brésil et publiée dans “The International Journal of Neuropsychopharmacology”, le CBN (cannabinol) peut aussi y contribuer !

Et le cbd dans tout ça ?

Pour étudier les effets du CBD sur l’anxiété et la dépression, les chercheurs se sont tournés vers la source concernée, la partie du cerveau appelé l’hippocampe. Chez l’adulte c’est la seule partie du cerveau qui peut continuer à croître. Bien que des études statistiques ont déjà constaté que le CBD contribue à améliorer les symptômes liés à la dépression, l’étude universitaire nous explique pour la première fois le mécanisme.

En effet, les chercheurs ont constaté que le CBD et le THC provoquent une génération de cellules dans la région de l’hippocampe. Le CBD provoque également la neurogenèse. Le cannabis crée et ne détruit pas les cellules du cerveau. Ce qui est prouvé de nos jours pour la maladie d’Alzheimer et les dommages causé par l’alcool.

« CHARLOTTE revit, merci ! »

Le CBD a prouvé son action significative dans le traitement de l’épilepsie, réduisant l’impact et la fréquence des crises. Charlotte, cette petite fille du Colorado est un cas devenu célèbre ; une petite fille qui souffrait de graves crises épileptiques. Les frères Stanley ont testé sur elle une variété de marijuana riche en CBD (à 17%), et donc très faible en THC. Immédiatement, son comportement « d’autiste » a disparu, son esprit a retrouvé sa clarté et Charlotte n’était plus sujette à ses crises épileptiques qui lui empoisonnés la vie.

Après ce fulgurant constat ; les frères ont entrepris de nommer la variété en l’honneur de cette petite fille : La “Charlotte’s web“. Cette variété de cannabis est aujourd’hui reconnu à travers tous les États-Unis. Toutefois, sa guérison vient surtout du taux de CBD présent dans la plante (inutile de choisir cette variété de fleur précisément) et les huiles peuvent être également être très voire plus efficace !

Nous avons donc appris que les composés actifs du cannabis peuvent provoquer la neurogenèse ; ce qui contredit totalement cette vieille légende, comme quoi le cannabis détruit les neurones

Le cannabis médical testé à Marseille

28 septembre 2020 in Droits

La vente de joints dans les pharmacies marseillaises n’est pas encore au programme. En revanche, les sprays de cannabis thérapeutiques pourront bientôt être appliqués sur des patients souffrant de sclérose en plaques, de parkinson ou d’épilepsie sévère.

Ces tests seront réalisés à l’hôpital de La Timone, dans le cadre d’une étude financée par le neuropôle Dhune et l’association France-Parkinson. Aux commandes de l’opération, on retrouve Jean-Philippe Azoulay du service de neurologie et de pathologie du mouvement, mais aussi Alexandre Eusebio et Christelle Baunez du CNRS et de l’institut de neurosciences de La Timone.

Possibilité de jouer les cobayes

Pour être soumis à ces tests de cannabis, inutile de feindre une maladie quelconque. Les médecins recherchent aussi des volontaires sains et non-fumeurs. L’étude devrait durer un an, durant lequel les sujets vont inhaler du cannabis thérapeutique.

Pour les soignants et chercheurs, l’objectif de l’opération est d’“étudier les principes actifs du produit (THC et CBD) afin de trouver sa combinaison optimale, à partir de cannabis de synthèse”

L’expérience devrait aussi servir à tester les effets sur les troubles moteurs, l’anxiété et la dépression liés à Parkinson. Le protocole de l’étude doit d’abord être validé par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

La France, frileuse sur le sujet

Les patients français voulant recourir au cannabis thérapeutique pour se soulager sont jusqu’à présent contraints de se fournir sur le marché illégal ou d’aller à l’étranger. Entre 300 000 et un million de malades pourraient être concernés.

Aujourd’hui, le Canada, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la République Tchèque, la Roumanie, la Finlande, le Chili, la Colombie, Israël et 23 états américains ont déjà légalisé le cannabis thérapeutique.

En France, l’ANSM a souhaité mettre en place l’expérimentation du cannabis médical avant fin 2019. Elle propose de le réserver aux “patients dans certaines situations cliniques et en cas de soulagement insuffisant ou d’une mauvaise tolérance des thérapeutiques, médicamenteuses ou non, accessibles”.

A plus grande échelle, le Parlement Européen a voté le 13 février dernier une résolution sur la légalisation de cannabis thérapeutique.

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/cannabis-medical-bientot-teste-marseille-1628773.html

Quels effets du CBD ont fait l’objet d’études ?

18 septembre 2020 in Culture

Comme tous les cannabinoïdes, le CBD ou Cannabidiol influe sur le système endocannabinoïde. Il représente un ensemble de récepteurs que l’on peut retrouver partout dans notre organisme et il régit les différents facteurs d’équilibre du corps humain : température, acidité, minéraux, etc. 

D’après une étude publiée en 2008 par des chercheurs du Département de Médecine interne et de Gastro-entérologie, Endocrinologie de l’Université de Bologne, et une autre parue en 2017 (Département d’Immunologie de l’Ecole de Médecine – Université du Connecticut) le CBD influe sur le corps en rétablissant “l’homéostasie de l’organisme”. C’est-à-dire qu’il permet de rétablir l’équilibre de la température, de l’acidité, du taux de sucre.

Le CBD stimule également la production de sérotonine, que l’on appelle l’hormone du bonheur : elle régule l’humeur, le sommeil et le stress. Ces effets ont été mis en lumière par une étude de 2019 menée par des chercheurs en neurobiologie de plusieurs universités : canadienne, américaine, italienne. Ils ont montré que le cannabidiol module la transmission sérotoninergique et supprime à la fois l’allodynie et le comportement anxieux en cas de douleur neuropathique

Toujours en 2019, une autre étude publiée dans Nature affirme que l’utilisation du cannabis pour la gestion de la douleur après une lésion de la moelle épinière a été efficace pour les 8 participants ayant déjà testé d’autres méthodes auparavant.

En comparaison avec d’autres médicaments utilisés pour le traitement de l’épilepsie ou de troubles psychiatriques, le CBD aurait des effets secondaires parmi les plus supportables pour les patients (fatigue, diarrhée, changement d’appétit), selon un article publié en 2017 par des chercheurs du Nova Institute, un institut de recherche privé allemand. 

D’après eux, le CBD pourrait améliorer la condition des patients pendants leur traitement, en tant que thérapie d’appoint. 

Une autre étude publiée en Mai 2020 par des chercheurs en neurosciences de l’Université de Melbourne, Australie, vient confirmer cette théorie. Les effets secondaires reportés diffèrent un peu avec ceux de la première étude puisqu’elle recense davantage de maux de tête (17%), mais elle confirme sa haute tolérance

En Février 2011, une étude officielle de l’American College of Neuropsychopharmacology, parue sur le site Nature, affirme que contrairement à un placebo, le Cannabidiol peut aider à réduire l’anxiété induite par la prise de parole en public simulée, dans le traitement des phobies sociales.

En avril 2016, une étude publiée par des chercheurs en biomédecine de l’Université de Cantabria et de l’Institut de Biomédecine de Barcelone montre que le cannabidiol induit des effets antidépresseurs à action rapide

Selon la chercheuse en pharmacologie Yasmin Hurd et son étude publiée en septembre 2019, le cannabidiol serait efficace pour aider à soulager les dépendances aux opioïdes, sans effet secondaire conséquent.

En conclusion, on dénombre une dizaine d’effets positifs ou d’avantages du CBD pour la santé humaine, et surtout peu d’effets secondaires, ce qui rend son utilisation intéressante pour la médecine. D’autres études devraient voir le jour dans les prochaines années, nous avons encore probablement beaucoup de choses à découvrir à propos de cette molécule.

Source : https://sciencepost.fr/quels-effets-du-cbd-ont-fait-lobjet-detudes-scientifiques/

[/vc_column][/vc_row][/vc_section]