Le marché du composé sans THC “ feel good ” pourrait atteindre 1 milliard d’euros en France

Le CBD, ou cannabidiol, peut être trouvé dans tout, du thé à l’huile d’olive, au miel, à l’huile de massage, aux cosmétiques.

Les magasins vendant des produits contenant du CBD – le composé non psychoactif et «bien-être» du cannabis – se répandent dans toute la France après qu’un tribunal a statué que le pays ne pouvait pas interdire la vente de cette substance.

Le CBD, ou cannabidiol, peut être trouvé dans tout, du thé à l’huile d’olive, au miel, à l’huile de massage, aux cosmétiques et au-delà. Il est dérivé de la plante de cannabis, mais – contrairement au cannabis lui-même – il offre un résultat purement relaxant, sans composés ni effets psychoactifs.

Un promoteur du produit, Aurélien Delecroix, président du syndicat professionnel, le Syndicat professionnel du chanvre (SPC), a même déclaré que «le marché français du CBD pourrait atteindre 1 milliard d’euros».

Le 19 novembre de cette année, la Cour européenne de justice (CJCE) a statué que la France ne pouvait pas interdire la vente de CBD qui avait été légalement produit dans un autre pays membre européen.

Ludovic Rachou, trésorier du CPS, a déclaré: «La CJE a [également] conclu que le CBD n’était pas un stupéfiant.»

Plus ici: Cour européenne: l’interdiction française des produits CBD est illégale

En conséquence, de plus en plus de magasins commencent à ouvrir dans les grandes villes comme Paris, Bordeaux, Marseille et Lyon, avec des produits CBD sur leurs étagères, dont beaucoup portent de nouvelles étiquettes indiquant «100% légal»

Une femme applique une lotion au CBD

La CJCE s’est engagée après que la cour d’appel d’Aix-en-Provence lui ait demandé d’intervenir dans une affaire contre deux entrepreneurs marseillais qui avaient été accusés d’avoir vendu illégalement une e-cigarette à base de CBD sous la marque Kanavape.

Le «cas Kanavape» a conduit à la création du CPS, qui a fait pression sur le gouvernement sur la question, et a cherché à sensibiliser aux usages positifs du «cannabis bien-être». Un rapport du gouvernement sur la question est désormais attendu au début de 2021.

Les lois françaises devront désormais s’adapter pour refléter l’arrêt de la CJE, et les entrepreneurs ont déjà commencé à faire des plans.

À la lumière de la décision de la CJCE, un agent immobilier à Paris, Kevin Uzan, co-fondateur de l’agence commerciale Commerce Immo, a déclaré au journal Le Monde : «Sur une centaine d’appels par jour, nous recevons 10 à 15 de personnes à la recherche de sites pour CBD à Paris.

«Ils recherchent des quartiers de style bohème comme République, Bastille, le Marais, Saint-Germain et Saint-Michel.

Un propriétaire de la marque Green Valllée, qui possède désormais deux magasins à Paris – un dans le 15e arrondissement et un dans le 17e – a déclaré au Monde : «Nous vendons tout ce qui est à base de CBD. [Ces produits] contiennent moins de 0,2% de THC et ne sont pas considérés comme des médicaments selon la législation européenne.

«Nous n’avons pas de THC, mais nous avons le côté bien-être avec le cannabidiol. Néanmoins, nous ne recommandons toujours pas son utilisation aux enfants. »

La croissance des boutiques CBD en France représente un rebond après que le composé a été temporairement interdit en France en 2018. Après que ce nombre de boutiques est tombé à environ 30 selon M. Delacroix.

Il y a maintenant environ 300 magasins et plus, dont une cinquantaine sous la franchise Deli Hemp.

M. Delacroix du SPC a fondé la Green Leaf Company avec la marque Hello Joya, qui a été vendue à la marque britannique Emmac en 2019.

Emmac vise à devenir le leader du marché européen du CBD et a annoncé son intention de négocier sur le NASDAQ,