La Charlotte’s Web tire son nom de Charlotte Figi, enfant épileptique sauvée par le cannabis
Le 15 janvier dernier, un post de la plus haute importance était publié sur le blog de l’école de médecine de l’université Harvard. En effet, le docteur en médecine américain Peter Grinspoon y prend la défense du cannabis médical, mettant fin au débat quant au bien-fondé du recours à la plante et ses molécules pour traiter certaines maladies.

Le professeur y rappelle notamment que le CBD (cannabidiol), un cannabinoïde sans effets psychoactifs présent massivement dans une variété comme la Charlotte’s Web, aurait des effets bénéfiques non seulement pour les patients atteints d’épilepsie, mais également chez ceux souffrant d’insomnie, d’anxiété, de spasticité ou de douleurs variées. Le cannabis thérapeutique est notamment utilisé aux États-Unis par des patients atteints de cancers ou de scléroses diverses, et la majorité d’entre eux rapportent une amélioration de leur état sans subir d’altération de la conscience.

Actuellement, la marijuana est légale dans 29 États américains ainsi qu’à Washington, D.C., et environ 85 % des Américains se prononceraient en faveur de la légalisation du cannabis médical. Il en va différemment du point de vue fédéral, et l’administration Trump menace de donner un coup de frein à main brutal à l’essor du marché du cannabis. Il n’est donc pas innocent qu’un professeur de médecine issu d’une des plus grandes universités du monde se prononce, au nom de Harvard, en faveur de l’usage thérapeutique du cannabis.