Il existe 3 types de cannabinoïdes en fonction de leur origine

● Les pétrocannabinoïdes synthétisés chimiquement par ingénierie pharmaceutique, molécules isolées impliquant l’absence d’effet d’entourage (Dronabinol, nabilone, HU-243 et plus d’une centaine d’autres cannabinoïdes de synthèse…)
● Les phytocannabinoïdes synthétisés par le chanvre (THC, CBD, CBC, CBG, CBN, THCV et plus d’une centaine d’autres..)
● Les endocannabinoïdes prélevés sur les animaux vertébrés (2 acide glycérol, anandamide, noladine, virodhamine et plus d’une dizaine d’autres …)

Les pétrocannabinoïdes

CESAMET (Nabilone)

Cesamet est le nom sous lequel est distribuée la nabilone , un analogue synthétique du THC, c’est à dire qu’elle présente une structure chimique proche de celui-ci pour être identifiable par les récepteurs endocannabinoïdes.
Les conditions de fabrication et de vérification réalisées sur ces cannabinoïdes de qualité médicale sont bien sur incomparables avec le cannabis de synthèse.
La nabilone sortit sur le marché au milieu des années 80 aux USA mais ne fut commercialisée que peu de temps, elle s’utilisait à cette époque comme anti-émétique , pour palier des symptômes tels que les nausées et vomis fréquents suite à un traitementcontre le cancer.
L’entreprise Valeant Pharmaceuticals International , qui siège en Californie, a racheté le brevet en 2004 et l’a sorti sous le marché sous le nom de Cesamet ® au milieu de la dernière décennie pour combattre les mêmes symptômes, et l’a distribué au Canada, en Australie, au Royaume Uni et en Irlande, s’étendant par la suite à d’autres pays. Cesamet est conditionné en boites de 20 capsules dosées de 0,5 à 1 mg de nabilone.

MARINOL (dronabinol)

Un autre analogue synthétique du THC est le dronabinol qui a la forme d’une huile marron et s’administre en capsules de glycérine de 2.5, 5 et 10 mg.
Il est commercialisé sous le nom de Marinol ® aux Etats Unis, au Canada, en Afrique du Sud, en Australie et en Nouvelle Zélande. Il a la même fonction que Cesamet ® et s’utilise également pour les symptômes d’ anorexie chez les patients atteints de VIH ou cancer terminal.
Les cannabinoïdes synthétiques ont toutefois présenté des effets secondaires en n’étant pas administrés avec leurs antagonistes, comme le Cannabidiol et autres qui modulent l’effet du THC , pour cela les compagnies pharmaceutiques ont commencé à extraire directement les plantes de cannabis pour observer l’éventail très large de cannabinoïdes disponibles.

Les phytocannabinoïdes :

SATIVEX

Contrairement aux deux produits précédents, le médicament Sativex n’est pas un cannabinoïde synthétique, mais extrait d’un phénotype sélectionné et cloné pour connaître la quantité exacte de cannabinoïdes qui seront ainsi présents de façon stable et homogène, dont principalement le delta-9-tetra-hydro-cannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD).
Une dose de 0,1 ml contient 2,7 mg de THC, 2,5 mg de CBD, et 5% d’autres dérivés du cannabis. Il est pulvérisé par voie sublinguale, commercialisé en flacons de 5,5 ml soit environ 50 pulvérisations. Il est indiqué, pour l’instant, pour les personnes souffrant de sclérose en plaque et pour traiter les douleurs des patients atteints de cancer. Il fut breveté
par le laboratoire britannique GW Pharmaceuticals au début des années 2000, et commercialisé par Bayer et les Laboratoires Almirall , ces derniers étant actuellement en train de réaliser une étude pilote en Catalogne.

EPIDIOLEX

Epidiolex est un extrait de la CDB pure sortie d’usine , développé par la société britannique
GW Pharmaceuticals.
Le médicament se présente sous la forme d’un liquide visqueux pour être distribué par compte-gouttes.
Il contient 98 % de CDB , mais aucune trace de THC (psychoactif) .
Le reste est constitué de traces d’autres cannabinoïdes. Epidiolex est spécialement conçu pour cibler des types d’épilepsies résistantes au traitement , en particulier le syndrôme de Dravet et de Lennox-Gastaut .

<– retour